Laisse-moi te taper et on après on ira chez les flics, salope !

– Laisse-toi faire, chienne, et après on ira chez les flics, allez, retire tes bras !
– Oui mais tu dis toujours ça ! Aïe ! Et quand tu m’as défoncé la tronche, aïe ! tu te défiles à chaque fois, aïe !
– Tu me traites de menteur, salope, tiens prends-ça !!!
– Aïe ! Mais après tu m’accompagnes chez les aïe ! flics, pour que je puisse porter aïe ! plainte ! Tu promets ? aïe !
– Puisque je te le dis, chienne ! Tiens, paf, pour t’apprendre à douter de moi !
– Aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe ! Allez, on y va, j’en peux plus !
– Moi non plus, j’en peux plus, connasse ! Tu crois ça m’amuse de te frapper ? Ça me crève, ça m’épuise, sale conne, tiens, encore celle-la !
– Aïe ! Allez, s’il te plaît, allez…
– Oh ! Arrête avec ça ! Tiens !  Tu crois que j’ai que ça à foutre d’aller chez les flics ?
– Tu avais promis ! Ouille !
– Je fais ce que je veux quand je veux, saloperie. Tiens, attrape celle-là !
– Tu m’as encore fracturé le nez …Aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !aïe !

Bref, une scène de ménage comme il y en aura beaucoup en Arabie Saoudite. Car depuis quelques jours, cela ne vous a pas échappé, la violence sur les femmes et les enfants sort du cadre privé. Oui, dorénavant, elles peuvent porter plainte pour violences conjugales. C’est énorme !
Sauf qu’il faut que leur mari (ou leur tuteur) soit d’accord pour les accompagner dans cette démarche. Comme ce sont des braves types, si, si, ils ne vont pas se faire prier. Ainsi, la vie de milliers de femmes va réellement être transformée ! Heureux pays !

C’est mieux dit ici.

Texte et image © dominique cozette

Une réflexion sur « Laisse-moi te taper et on après on ira chez les flics, salope ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Twitter