Les grandes guerres de Marine Jacquemin

Marine Jacquemin est une grande reporter de guerre. Une femme dans un milieu essentiellement masculin et très souvent hostile. Elle a écrit Mes guerres non pour se tresser des lauriers mais pour tenter de donner des pistes à des jeunes en quête de sens, leur montrer qu’avec de la détermination, on peut arriver à des résultats tangibles. Le plus grand résultat, pour elle, fut l’idée de la construction d’un hôpital pour la mère et l’enfant à Kaboul, l’Afghanistan étant un des pays champions du monde des décès infantiles. C’est la fin du livre.
Avant tout ça, Marine raconte (en résumé forcément) ses reportages au sein des guerres délétères, Rwanda, Gaza, Liban, Irak, Tchétchénie, et beaucoup d’autres. Elle y a vu mourir non seulement des très proches parmi ses équipes, mais aussi beaucoup de civils et d’enfants, images insoutenables dont il faut savoir s’extraire. D’où sa passion pour la montagne, en particulier Chamonix, et la mer où elle pratique la plongée.
Un autre domaine où elle a dû se battre : la santé. D’abord son impossibilité à être mère, une énorme frustration amoindrie par le fait que « son » hôpital existe et que des milliers d’enfants y sont sauvés chaque année. Ensuite, durant de longs mois, un cancer du colon qui aurait pu être fatal.
L’hôpital, c’est beaucoup Muriel Robin qui a dit banco tout de suite, puis toutes les aides qu’elles ont pu récolter pour un établissement ultra-moderne, avec des médecins formés, du matériel sophistiqué et une promesse de durabilité malgré le retour des talibans. Hélas, depuis, des personnalités lui ont volé l’initiative à tel point qu’elle et Muriel ne sont même plus invitées aux événements. Cruauté de ce monde de pouvoir. Même chose de la part de Philippe le Lay qui l’a injustement mise sur la touche sans aucune reconnaissance pour tout le travail qu’elle avait réalisé au péril de sa vie pour TF1. Bref, une vie de femme exceptionnelle confrontée au monde de certains machos, éternels obstacles à la réussite des femmes.
Un livre passionnant, et malgré tout, sans réelle amertume, et une vie extraordinaire.

Mes guerres de Marine Jacquemin, 2024 aux éditions de l’Obeservatoire. 330 pages, 23 €

Texte © dominique cozette

Les Fessebouqueries #659

Deux super bonnes nouvelles pour ouvrir ces Fessebouqueries — qui ne sont pas exceptionnelles, mais que font mes auteurs, ou alors que fout l’actu ? C’est désespérant, mais bon — la première good news, et on n’en parle pas zassez, c’est l’arrivée d’une femme écolo, socialo, tout ça dans un des pays les plus féminicides du monde : le Mexique avec Claudie Sheinbaum élue présidente, je rêve ! Quand je pense que la première meuf dont la France hum pourra hum s’enorgueillir hum sera blonde hum et fille facho d’un borgne facho hum. Honte à nous. La deuxième belle nouvelle est le vétéran de 100 ans qui va se marier à … Carentan avec une jeunette de 96 ans. Waouh ! On n’a rien de trouvé de mieux que l’amour pour vivre bien, non ? Pour le reste, je vous le sers comme ça, nature, avec la sauce à part. Allez, tchin, les potes, et bon week-end à vous !

  • DB : Sous cinquante degrés, le Mexique a voté pour une scientifique du GIEC, écolo et féministe. Contre ce qui les menace. Ici, 40 % s’apprêtent à voter pour des incompétents d’extrême-droite.
  • MC : Au Mexique, une ancienne autrice du GIEC devient présidente du pays. En France, on a un président qui a sorti « Qui aurait pu prédire la crise climatique ? » et un gouvernement qui vient de couper 2,2 milliards d’euros de budget à l’écologie.
  • MH : La belle histoire de ce vétéran qui a cent ans et s’apprête à épouser après-demain cette jeune femme de…96 ans. Félicitations à leurs parents ! Pour la petite histoire, c’est le maire de…Carentan qui célébrera leur union..
  • MBC : Gabriel Attal : « Il faudra désormais avoir travaillé douze mois sur les huit derniers mois pour pouvoir toucher l’assurance chômage. »
  • CEMT : — Salut c’est Gabriel Attal, laissez-moi juste deux secondes parler à la place de Valérie Meyer. — Hayer… — Peu importe.
  • FT : Elle commencerait presque à me faire pitié, Valérie Hayer, dans son rôle de potiche obligée de rester sagement assise à battre des paupières pendant que les hommes parlent à sa place. Quel brillant résumé de la condition de la femme vue par la droite française.
  • OK : Le conducteur de mon métro est une femme. Si ça se trouve, Gabriel Attal va surgir, rentrer dans la cabine et prendre les commandes.
  • RDB : J’allais me servir à boire mais Gabriel Attal a fait irruption pour coller sa bouche au goulot et vider la bouteille.
  • JD : Je viens d’ouvrir à mon chat et bien vous devinerez jamais : Attal est sorti de nulle part et a bouffé toutes les croquettes.
  • SA : Le saviez-vous ? L’espérance de vie de certains papillons est inférieure à celle d’un joueur français à Roland-Garros.
  • LG : Joe Biden en France : le président américain s’est dit impatient de s’entretenir avec Raymond Poincaré.
  • MBC : Gabriel Attal : « Valérie Hayer est tout à fait compétente pour être notre candidate aux élections européennes, d’ailleurs elle fait un très bon café. »
  • LG : Anne Hidalgo prévient que les Parisiens qui critiquent les JO auront trois chantiers supplémentaires dans leur rue.
  • MBC : Catherine Vautrin : « Les salariés qui souhaitent prendre un arrêt maladie devront au préalable effectuer une mission de bénévolat pour les Jeux Olympiques. »
  • ZE : Alors, les nappes phréatiques, on vous entend plus CHOUINER hein, bande de BOUFFONNES.
  • OK : Cérémonie d’ouverture des JO de Paris : « Le risque d’effondrement de balcons est réel ». On n’a pas le cul sorti des ronces.
  • HD : En résistance face à la grisaille…. j’annonce que mon jardin sera tondu à la libération!!!!!
  • NMB : Je pense que le printemps 2024 était livré dans un sachet équipé d’une ouverture facile, c’est la seule explication plausible
  • PR : J’vous parie ce que vous voulez qu’après avoir plongé dans la Seine Anne Hidalgo foncera chez elle pour prendre une douche à la Bétadine.
  • MN : Mes cernes sont de plus en plus noirs, mes poils de vieille sous le menton de plus en plus drus, mes cheveux de plus en plus gris : ma transition en raton laveur se passe impec.
  • NP : Ça fait maintenant 36 heures qu’il n’a pas plu à Paris. C’est pas dangereux pour la végétation ce genre de sécheresse subite ?
  • CEMT : Bruno Le Maire : « Ecoutez, les finances de la France vont bien, on vend le Louvre, la Tour Eiffel et Marseille et on s’en sort. »
  • NP : Est-ce que quelqu’un peut prévenir Jordan Bardella qu’il se présente aux élections européennes et pas à la présidentielle ? Parce qu’il ne parle que de sujets sur lequel l’Europe n’a aucun pouvoir.
  • NP : La baignade d’Anne Hidalgo reporté parce que le courant est trop fort. Et en plus l’eau était trop mouillée.

(image d’après une photo de Sorli Raitma qui travaille avec sa mère pour modèle)

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site, mon blog, mon Insta. Merci d’avance.

La Reine du roman noir

Après le succès de « 18.3: Une année à la PJ« ,adapté brillamment par Dominik Moll dans « La Nuit du 12« , Pauline Guéna nous offre un nouveau roman noir intitulé sobrement Reine, qui est le prénom d’une très jeune femme dont on n’apprend que peu de chose, émigrée « ramenée » d’Amérique latine par un petit mec de la pègre qui tient un bistro glauque à Champigny, qui l’esclavagise, la brutalise, la brise, lui fait tout faire, même le sexe bien sûr.
Le personnage très important du roman est un tueur à gage, Marco, dont on apprend toute l’histoire, enfance difficile en Corse où il soupçonné d’un meurtre qu’il n’a pas commis et qui l’oblige à se planquer. Pour les autres, il assume totalement, c’est son boulot, il ne rate jamais sa cible. Follement épris de Reine qui le lui rend bien mais très discrètement, il tuera le tenancier, mais blessé lui-même, il part en cavale et atterrit à un endroit que je vous tairai.
Enfin, le personnage qui relie ce petit monde est Léan, un jeune journaliste sous employé par un patron pleutre et un rien sadique. Il fera l’enquête de ce fait divers sanglant en douce du journal et sera forcément bien récompensé.
Tout ceci est d’un noir soulagesque, je parle du peintre et des centaines de nuances de cette non-couleur, ses vagues, ses pleins et ses déliés, tout ça pour dire qu’il y a aussi de grand sentiments dans ce livre qui tient éveillé et que je ne regrette pas d’avoir acheté (car l’image de couverture ne me plaisait pas. A quoi cela tient !)
C’est très fort, c’est royalement écrit, intelligemment et avec sensibilité. Que voulez-vous que je vous dise de plus ? Rien.

Reine de Pauline Guéna, 2024, aux éditions Denoël. 244 pages, 20€.

Texte © dominique cozette

Les Fessebouqueries #658

Reprise des Fessebouqueries pour lancer une pétition contre la fermeture de la boucherie Raïssi et son célèbre Boucher de Téhéran, un super artisan qui ne craignait pas de mettre ses grosses paluches dans le camb/ dans le sang… Tout se perd, n’y en a plus que pour les people mâles et leurs attributs sexuels exacerbés, comme des moustiques (des sticks mous ?) attirés par les gonades féminines (proches des trompes de Fallope, je n’en dirai pas plus), pénible… mais dès qu’il y a un rigolo qui parle de prépuce, le choc est immense, le service pubis frémit, l’humoriste est prié de mettre sa culotte sur sa tête, c’est dingue. En plus que c’est la neutralité Suisse qui à remporté l’Eurovision, une créature non-binaire qui s’appelle Nemo, ça veut dire Personne, pffff… Heureusement qu’on la flamme Olympique pour nous mettre du baume. Et Cannes. Yes, oui Cannes. Bon, allez, tchin dearest friends et peut-être à la semaine prochaine si vous m’encouragez un chouille !

  • OK : Le boucher de Téhéran a fini en steak haché. Son dieu est cocasse.
  • OM : Il était surnommé « le boucher de Téhéran » . Pas de jugement hâtif, je crois qu’il faut séparer l’homme du boucher…
  • PI : Après Balavoine, Florence Arthaud, Camille Muffat, Alexis Vastine et Kobe, je trouve assez juste et rassurant que les hélicoptères commencent à s’occuper aussi des fils de pute.
  • OM : L’emmerdant avec cet accident d’hélicoptère, c’est que les 72 vierges vont devoir se démerder avec 72 morceaux de Président Iranien…
  • CEMT : Gabriel Attal : « Et concernant l’euthanasie, je suis pour qu’elle soit réservée en priorité aux chômeurs en fin de droits. »
  • SA : Quand un milliardaire meurt, il va au paradis fiscal où l’attendent 72 îles Vierges.
  • NMB : Je tiens à rappeler à tous les athlètes des JO engagés dans les épreuves en eaux vives dans la Seine que le délai moyen pour un rendez-vous en urgence chez un dermatologue est d’environ 14 mois.
  • SA : Après Depardieu (Obélix) et Édouard Baer (Astérix) on va finir par apprendre qu’en vrai, Idéfix aussi traite ses partenaires comme des chiennes.
  • RR : Il va falloir séparer l’homme de ses couilles. Au sens propre..
  • CEMT : Emmanuel Macron : « On va simplifier un peu la formation des profs, tous ceux qui n’écrivent ni « comme même » ni « croive » seront acceptés. »
  • SA : Après la mort du président Raïssi, les autorités iraniennes ont réagi fermement en décrétant une fatwa sur Léonard de Vinci, inventeur de l’hélicoptère.
  • PB : Le saviez-vous ? 100% des gens à qui vous dites « Ne t’énerve pas » n’étaient pas énervés avant que vous ne leur disiez.
  • FT : Je suis contre faire lever les élèves dès qu’un adulte entre dans une salle. Je préfère qu’ils se mettent à genoux en déclarant qu’ils sont prêts à mourir pour la patrie. Sinon c’est du wokisme.
  • SA : Finalement l’Eurovision cette année, c’est un peu comme la Seconde Guerre mondiale. Pendant que tout le monde s’écharpe, qui profite de sa neutralité pour tirer son épingle du jeu ? La Suisse.
  • CD : Côtoyer des nudistes sur la plage ça me fait nichon ni froid.
  • MN : J’ai quitté mon hameau pour cinq jours et je me suis dit qu’aller au ciné serait une bonne idée. Tarif : 15 euros. Alors, les petits, moi je veux bien soutenir le cinéma français en allant voir vos comédies de merde mais le projet, c’est de voir un film, pas d’acheter le cinéma.
  • LC : La terre entière subit le réchauffement climatique…et puis t’as nous en Belgique, coincé en automne depuis 200 ans.
  • RS : La flamme arrivée à Marseille n’a toujours pas été victime d’un pickpocket ou d’une balle perdu. Les traditions se perdent !
  • VF : Le 9 juin prochain, n’oubliez pas d’inscrire votre numéro de téléphone sur votre bulletin rassemblement national.
  • RR : Si je reste fonctionnaire, célibataire, sans enfants, locataire et pas propriétaire, c’est juste que je déteste les chiffres et qu’il suffit de cocher une case pour remplir ma déclaration d’impôts.
  • NMB : 10000 personnes sur le Vieux Port, une parade nautique, un concert, des feux d’artifice… je trouve qu’ils en font un peu trop à Marseille pour fêter l’élimination du PSG de la Ligue des Champions
  • LML : Cyril Hanouna a profité de la disparition de Bernard Pivot pour faire savoir qu’il y a quelques années, il avait fait la fameuse dictée de Bernard Pivot et qu’il n’avait fait que deux fautes. Une à Bernard et l’autre à Pivot.
  • OM : De toutes façons Guillaume Meurice est un prépuce sans nazi.
  • CEMT : Vladimir Poutine : « C’est marrant, il m’est arrivé la même chose qu’à Kendji Girac, j’ai acheté une vieille armée dans une brocante, le coup est parti tout seul, et paf l’Ukraine. »
  • MK : Renaud Van Ruymbeke mort : pas mal de politiques et d’industriels vont reprendre deux fois du caviar aujourd’hui.
  • OK : 37 listes aux élections européennes. Les poubelles des bureaux de vote risquent de déborder avant les urnes.
  • LC : Ce que je préfère quand je parle à mes ados, c’est lorsqu’ils me regardent dans les yeux, m’écoutent attentivement, hochent la tête avec compréhension, puis enlèvent leurs AirPod et disent HEIN QUOI ?
  • OM : C’est officiel, il y a désormais des micro-plastiques dans les testicules humains. La bonne nouvelle, c’est que ça va être de plus en plus difficile de nous casser les couilles.
  • JP : Je sais que vous vous moquez de mon intérêt pour les anagrammes mais sachez que je m’en bats les lucioles.
  • RR : Dans sept mois c’est Noël. Avec un peu de chance, je pourrai enfin mettre une jolie robe d’été pour le réveillon.
  • OK : Je vous trouve très rotors concernant la mort de Raïssi.
  • CEMT : Manuel Valls : « Allo l’Ayatollah Khamenei ? J’ai entendu dire qu’un poste de président iranien s’était libéré et comme j’ai du temps libre… »
  • BCN : Ce qu’il faut que vous compreniez avec l’extrême droite, c’est que l’argent qu’il ne donneront plus aux étrangers, ils ne le donneront pas non plus à vous.
  • NMB : La France, c’est ce pays d’Europe occidentale dans lequel il est plus facile de trouver un paquet de chips saveur tartiflette sauce piquante qu’une boîte de médicaments inscrite sur une ordonnance.
  • CEMT : Tout l’audiovisuel public est en grève sauf pour le débat Attal / Bardella, ils veulent vraiment qu’on souffre.

MERCI À VOUS QUI ME SUIVEZ ET PARTAGEZ MES FESSEBOUQUERIES…
RAPPEL : Je collecte au long de la semaine les posts FB et les twitts d’actu qui m’ont fait rire. Les initiales sont celles des auteurs, ou les premières lettres de leur pseudo. Illustration ou montage d’après photo web © dominique cozette. On peut liker, on peut partager, on peut s’abonner, on peut commenter, on peut faire un tour sur mon site…

J’ai rencontré un ange

Petite anecdote très touchante vécue hier matin, que j’ai racontée sur facebook et c’est amie qui m’a inspiré le titre. Car oui, il s’agit bien d’un ange.

Dans la rue, un jeune garçon d’une dizaine d’années, bonne bouille, tignasse bouclée, m’aborde :

– Bonjour madame, voilà, je voulais vous parler juste pour vous souhaiter un peu de bonheur

– C’est trop gentil, je prends avec plaisir, mais pourquoi ?

– Parce les gens sont tristes. Alors je veux juste leur donner un petit moment de bonheur.

– Comme ça me fait plaisir ! … Et comment tu t’appelles ?

– Vous pouvez m’appeler Léo, madame.

– Très bien Léo, merci tout plein et beaucoup de bonheur à toi aussi. Je suis très touchée.

Puis il est parti. Je me suis retournée pour voir s’il rejoignait quelqu’un mais non, il a suivi son chemin tranquillement. L’échange a duré un peu plus, plus de phrase ont été dites, des gentillesses.

C’est mignon, non ? J’aimerais tellement en savoir plus sur ce petit bonhomme si attentionné.

(Je précise que je n’étais pas triste ce matin, je me surprends même souvent avec un sourire niais dans les glaces de vitrines lorsque je me promène).

Texte © dominiquecozette

L’ami

L’Ami de Sigrid Nunez a reçu le National Book Award en 2018, c’est dire que c’est un très bon livre. Mais pas nécessairement d’accès facile, tout comme le précédent de cette autrice dont j’ai fait un article il y a peu. Sigrid Nunez est une femme qui digresse énormément, elle est extrêmement cultivée, on a l’impression que la littérature, américaine comme européenne n’a plus de secret. On peut aimer la suivre dans le dédale de ses pensées. On peut ne pas.
Ici, l’ami auquel elle s’adresse (elle lui dit tu ) est un homme qu’elle connaît depuis longtemps, qui l’a formée pour ainsi dire et qu’elle n’a jamais cessé de fréquenter malgré ses trois mariages. C’est sa troisième épouse qui contacte la narratrice pour lui confier le chien que l’ami, mort par suicide sans un mot ou une lettre, a laissé. Cette femme ne peut pas s’en occuper, alors la narratrice va recueillir cet énorme danois, plus tout jeune et grand comme un poney, dans son minuscule appartement new-yorkais où les chiens sont interdits. Au départ, il est passif, voire neutre, elle pense qu’il est affligé de ne plus voir non maître. Et il prend possession du lit, elle n’ose pas l’en déloger. Sinon il se promène dans la rue gentiment, sans aucun problème, sous l’admiration des badauds croisés.
Ce chien, qu’elle appelle Apollon, va devenir sa thérapie, il va l’aider à surmonter sa peine et même si certains de ses amis ne veulent plus la voir à cause de lui, elle continue à creuser le sillon de l’empathie avec cet animal. Peu à peu, ils vont finir par se comprendre, enfin plus ou moins pour ce qu’on peut savoir sur une telle cohabitation. Très beau passage où elle se rend compte qu’il adore l’écouter lorsqu’elle lit ses textes à haute voix. Et qu’il les réclame.
Ce livre explore de nombreuses questions, notamment sur les relations humains-animaux, leur compréhension réciproque, avec beaucoup d’exemples piochés dans la littérature et des anecdotes rapportées de loin. Questionnement aussi sur le suicide, sur l’écriture (son ami était comme elle prof de lettres et écrivain). L’amitié va aussi être un de ses sujets de prédilection, toujours à la recherche de comparaisons écrites par d’autres. Ce livre un peu complexe n’a rien à voir avec Mon chien stupide, par ailleurs très chouette bouquin de John Fante.
Vers la fin du livre, remarquons que le « tu » qu’elle adressait à son ami est dorénavant adressé au chien lui-même, glissement de l’amitié sûrement.

L’ami de Sigrid Nunez. ( The Friend 2018). Au Livre de Poche, traduit par Mathilde Bach. 236 pages, 7,90 €

Texte © dominique cozette

Quand je suis passée chez Pivot

Oui, j’ai eu la chance de passer à Bouillon de Culture en juin 93, mais fut-ce une chance ? Je raconte cette anecdote dans mon dernier livre La Fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés, un livre sur mes malchances sorti …pendant le confinement. !

Un matin tôt, je suis interviewée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe au sujet de la campagne Omo Micro qui fait toujours grand bruit. Un ministre utilise mon slogan, quelques titres de journaux s’en emparent, Oh my Gosh ! Comme il faut bien remplir l’oreille disponible des travailleurs se préparant à leur rude journée de labeur et qu’aucun scoop ne s’annonce, je viens boucher le trou d’actu. Elkabbach, qui s’est mis sur pilote automatique, ne s’est pas aperçu que je suis une personne de sexe féminin, et va me demander si en me rasant chaque matin… bla-bla-bla. Il me prend pour une guenon, ma parole. On rigole, j’ai fait un super buzz.
Quelques jours après, une personne de chez Grasset me contacte à l’agence pour un déjeuner chez Lipp. Je lui fais répéter, je n’ai pas bien saisi son nom : (Vexée) Ah bon, si vous ne vous voulez pas déjeuner avec moi…
Si, si, bien sûr, j’avais mal entendu, j’irai avec enthousiasme. Je suis plutôt intimidée. Chez Lipp avec une éditrice qui m’invite ! C’est Claude D., un person-nage haut en couleurs, directrice du service de presse de Grasset, entre autres missions. Elle est déjà assise à sa place, la place centrale de chez Lipp où l’on voit passer tout le monde. Claude picole et fume. Elle est importante. Elle salue et re-salue et re-re-salue… Petit jeu des éditeurs dans leur ghetto germanopratin, le réseau social de l’époque. Je réponds à ses questions, je me raconte. Surprise ! Elle ignore que j’ai déjà publié. Quand je lui annonce que je viens de finir un roman et suis à la recherche d’un éditeur, elle jubile. Je lui demande quand même pourquoi elle m’a invitée : elle m’avait trouvée drôle chez Elkabbach, adorait ma campagne Omo et pensait me pousser à écrire. Elle me fixe un nouveau rendez-vous chez Lipp pour que je lui apporte mon manuscrit.
Ce sera un vendredi midi. Prudemment, elle m’avertit :
— Ne vous attendez pas à ce que je vous donne une réponse rapide, j’ai plein de livres en attente, je suis assez lente.
— Je ne suis pas si pressée, mens-je. À 16 heures, ce vendredi d’après notre déjeuner, téléphone au bureau. C’est Claude :
— Dominique, j’ai dévoré votre bouquin, je l’adore ! Il me plaît vraiment. Ah mais quel dommage !
— Dommage ? Que quoi ?
— Que ce ne soit pas votre premier roman. Parce que la critique est beaucoup plus attentive quand c’est un premier roman. Ah, si ça avait été un premier roman !
— Oui. Mais c’est mon deuxième (je ne compte pas mon bouquin sur les hommes). En plus, je ne sais pas où j’en suis avec mes éditeurs. Ils ont été rachetés par une compagnie de taxis, quid de mon contrat ?
— Bon, on reparlera de tout ça. En attendant, je vais le présenter au comité de lecture. Je ne suis pas seule à décider. Donc, pas de fausse joie, n’est-ce pas ?
Le premier roman est la marotte des éditeurs. Comme la petite rondelle fragile tant prisée des jeunes mariés réacs, des amants pervers, des religieux sinistres, le premier roman est le dépucelage de l’écrivain. Cette première fois est unique, c’est moi qui l’ai eue, tra-la-la, quelle fraîcheur, un brin d’inexpérience certes, mais la promesse larvée d’une longue et fructueuse histoire ! Pour moi, c’est fait. Un éditeur m’a déjà baisée, mal baisée, mais baisée quand même, sans compter l’essai sur les hommes, mon premier livre. Alors, quand ce n’est plus à faire, l’excitation est moindre, le soupçon s’insinue : pourquoi l’éditeur premier n’a-t-il pas gardé la jeune recrue ? Elle a probablement été overpromising (terme publicitaire qui veut dire qu’elle va être déceptive). La jeune pucelle si excitante au départ avait hélas du poil au ventre, ou des seins mous, ou des verrues plantaires. Imbaisable, donc. Invendable, pour sûr.
Mais Claude ne le prend pas mal. Nous nous voyons souvent. Les bureaux de Grasset sont en face de l’hôtel particulier de Bernard Tapie, rue des Saints-Pères où je n’ai jamais mis les pieds, j’avoue. Je dis ça parce que l’aventure judiciaro-rocambolesque du bonhomme bat son plein. La vitrine des éditions expose les derniers succès. L’escalier qui mène aux bureaux sent l’encaustique. Là aussi, les parquets craquent. Beaucoup de coursiers viennent déposer un pli ou en retirer un tandis que j’attends qu’on vienne me réceptionner. Une dame timbrée fait son tour tous les jours pour harceler BHL, mais la standardiste fait barrage. Les bureaux des éditeurs/trices sont petits, bas de plafonds, emplis de manuscrits.
La personne responsable des finances et du juridique, un homme séduisant, s’empresse d’arranger l’affaire du contrat pour me libérer des taxis. Ouf ! Le comité de lecture donne son feu vert. Ouf-ouf ! On m’envoie un ou deux photographes. On me dit que j’aurai la couverture jaune. Je jubile ! La couverture jaune de chez Grasset ! Quelle reconnaissance de mon immense talent ! Puis, non, elle sera illustrée. Arghhh… Ça veut dire moins prestigieuse. J’ai comme l’impression que Claude est beaucoup plus enthousiaste que d’autres concernant le lancement du livre. Enfin, bon, j’ai aussi quelques admirateurs, paraît-il, des auteurs très sérieux que je n’ai jamais lus. Mais que je lirai. Un jour.
J’apprends que Claude est homo, c’est le genre de chose que je ne repère jamais, étant moi-même de sexe approximatif dans la tête. Un jour, elle me donne rendez-vous dans un café près de l’édition. Toute fière, me tenant par le bras, elle m’annonce aux personnes présentes : « Ma femme ! » Je pique un fard pas possible, non mais des fois, qu’est-ce qu’elle croit ? Jusqu’à ce que je réalise que Ma femme est le titre de mon roman. Quelle conne je suis !
Le livre sort, je n’ai pas eu le dernier mot sur la couverture qui représente une jeune femme, jolie certes, mais qui n’a rien à voir avec mon héroïne. Trop sophistiquée. Qui ne correspond pas à l’ambiance, je trouve. J’ai moins d’articles que pour le précédent, quelques radios, toujours Kernel et Girard qui me soutiennent, je les aime. Je suis invitée au Cercle de minuit, qui est the place to be culturelle de l’époque, l’émission de Field dont je suis fan. Je suis heureuse et fière, mais Claude me dit que non, il vaut mieux aller chez Pivot. Par éthique, la chaîne ne reçoit pas dans les deux émissions, il faut choisir. Je préfère Le Cercle, assuré-je à Claude. Non, non, on ira chez Pivot, vous verrez, Pivot va nous assurer de grosses ventes.
Le temps passe, on approche de l’été, Pivot n’est pas chaud. Question articles de presse, ça s’essouffle. À chaque fois que j’appelle Claude, elle me dit que Pivot n’est pas tout à fait prêt, mais que « on va y arriver ». Merde, merde, merde ! Je suppose qu’une grosse édition comme Grasset a un certain poids face à l’animateur littéraire. Mais le temps passe, après ce sera vacances à la télé, puis la rentrée avec ses six cents. Laisse tomber. Enfin, Claude m’appelle triomphale : « Ça y est ! Pivot nous prend ! C’est super ! Je suis très heureuse ! » Moi aussi. Je jubile. Passer chez Pivot, succès pour bientôt. Quel slogan ! Le rêve de tous les scribouillards. Si tu n’es pas passé chez Pivot, tu as raté ta carrière. Vous allez voir comme je vais la réussir, la mienne, de carrière ! Ma femme va crâner sur le rayon « Vu chez Pivot », les gens vont tâter le bouquin comme un melon, renifler les pages, lire la quatrième, trouver que oui, ça mérite d’être lu. Puis ça fera un film formidable avec Kim Basinger dans le rôle-titre et Depardieu dans le mauvais rôle, celui du rabat-joie de la moukère.
Au fait, que je vous raconte comment est né ce livre. Un dimanche gris, je matais la télé, affalée sur mon gros fauteuil en velours bordeaux, clopant, cherchant de nouvelles idées de pub. Mon oreille est attirée par la voix d’un Américain. Un type dans un bled du Wyoming ou du Minnesota, red neck ou working class, en gros plan : My wife wanted a dog… bla-blabla. Sa femme voulait un chien ! Mais quel bon début ! Le bonhomme que je vois devient instantanément le narrateur, il est donc marié, mais n’est pas d’accord avec sa femme. Un chien, et puis quoi encore ? Pourquoi pas un bébé ? (Ça c’est moi qui enchaîne, pas l’Américain.) Hé oui, un bébé ! Et pourquoi pas travailler ? Eh oui, justement, elle voulait tout ça, sa bonne femme. Comme c’est contrariant, une bonne femme ! Et j’ai écrit, écrit, je tirais le fil et ça venait. Chapitre après chapitre, sa femme réclamait l’impossible pour cet homme coincé dans sa petite raideur virile. Quelle joie, ce livre !
Pendant le week-end à la campagne avant l’émission, je m’expose au soleil pour avoir bonne mine. Je relis mon livre pour ne pas être prise au dépourvu à cause de mon horrible mémoire, je lis les bouquins des auteurs invités, me prends de passion pour Rose Tremain. Dutourd, moyen. Cinq jours avant l’émission, horreur et putréfaction, un orgelet me pousse à l’œil. Au secours !! Un orgelet pour passer chez Pivot, allô docteur Freud ? Puis-je savoir quels crimes j’ai commis dans une vie antérieure pour mériter ça ? J’appelle ma sœur aînée qui est ophtalmo. Elle adore qu’on fasse appel à son professionnalisme. Elle prend une voix spéciale, docte, ferme et calme, sa voix de docteur quoi, et me conseille quelques produits à appliquer pour enrayer le monstre. Et ça marche.
Mon chef, le fameux DC qui m’avait dans le nez, est revenu à de meilleurs sentiments à mon égard, et se réjouit de mon passage « à Pivot ». De la com, de la com ! Il me demande de parler des singes Omo. Je lui dis : ça ne va pas, non ? Je vais défendre mon livre. Si ça marche, après on parlera des singes. Il avertit le ban et l’arrière-ban, le client, tout ça pour annoncer l’événement. Il fait enregistrer l’émission par le service technique, car, évidemment, un vendredi soir de juin avec un si beau temps, il y a des chances pour que personne ne regarde la télé. Il fera faire des copies pour ceux qui veulent. Bon. Si ça peut lui faire plaisir.
Nous sommes le 25 juin. Il fait un temps génial, plein été. Je mets une veste légère bleu pétard avec un foulard rouge pétard dans la poche, je remonte mes manches sur mes avant-bras bronzés, comme ça se fait, je porte un jeans raide de propreté et des tennis Bensimon passés à la machine. Je pète le feu. Je retrouve Claude dans un café près de la télé. Elle fait péter le champagne, car ça décontracte. En fait, je n’ai pas le trac. Je sens que ça va y aller fort. Mais est-ce que je ne péterais pas plus haut que mon cul, parfois ? Oh, hé, hein, il faut bien se faire plaisir !
Entrons dans le Saint des Saints : les fidèles sont au nombre d’une petite vingtaine, Claude prend place parmi eux. Les auteurs, les saints donc, sont assis, c’est assez hétéroclite, le vieux complice qu’est Jean Dutourd est venu en chaussons, j’exagère à peine. Dieu fait son entrée. C’est un Pivot assez fermé, pas très jovial. Il nous envoie ses recommandations, nous encourage à intervenir n’importe quand. Les caméras nous attrapent à la volée, je me tiens bien, évite de tripoter mon visage, reste décontractée. Je le suis, à vrai dire. Lorsque vient mon tour, Pivot parle, certes de mon bouquin, pas de façon hyper enthousiaste, on ne sent pas la grosse secousse de plaisir éprouvée à sa lecture, donc plutôt neutre. Puis il enchaîne sur la campagne Omo. Forcément. C’était à prévoir. D’autant plus que Bernard Brochand, poids lourd de la pub, de la politique et du PSG, entre autres, est aussi invité pour parler du Festival du Film de pub à Cannes dont il est le président. Cela a dû faire partie du deal. Probablement que mon livre ne l’a pas suffisamment emballé et que Claude a parlé de la campagne Omo.
Je m’en sors bien, je fais de l’humour, Pivot reste dans la nuance bienveillante, neutre. À la fin de l’émission, un pot hors antenne, comme chaque fois. Je m’y pointe avec Claude pour rencontrer Pivot. Mais il est fatigué, mal luné, il ne nous fait pas l’honneur de sa légendaire bonne humeur. Nous repartons, Claude me dit que je me suis très bien débrouillée.

— Alors ?
— Alors rien.
— Mais encore ?
— Rien de rien. Nous sommes le 25 juin, un des jours les plus longs de l’été, il fait un temps splendide, tout le monde est sorti. Tout le monde !
— Il y avait bien des gens chez eux, quand même…
— Quelques grabataires, oui. Et tu sais ce qu’ils regardaient sur la Une, en deuxième partie de soirée pendant Pivot ? Johnny Hallyday, son concert au Parc des Princes.
Vous le croyez, ça ? Personne ne m’a vue. Personne n’a vu cette émission. Je vais vous raconter un truc : une fois, j’ai été interviewée à Cannes, dans la rue, par hasard, juste une poignée de secondes. C’est passé un dimanche midi. Qui se targue de regarder la télé un dimanche midi ? Personne. Tout le monde a autre chose à foutre le dimanche midi que de se planter devant la télé, grasse mat’ coquine, enfants à décrasser, ménage, brunch, en route pour un déjeuner en famille, la messe, tiens ! Hé bien, des dizaines de gens m’ont vue, des tas d’amis m’ont téléphoné pour me le dire. Même mon teinturier ! Dix petites secondes à peine. Un dimanche midi. Et là, Pivot, une heure trente à l’antenne, personne. Je te jure ! Sauf ceux qui, prévenus, avaient enregistré l’émission.
Effectivement, rien. Rien ne s’est passé. La courbe de mes modestes ventes n’a pas frémi d’un iota, les gens avaient le nez dans leurs valises, pas le moment d’aller farfouiller chez les libraires. À peine sont-ils partis souiller les plages que déjà les 600 romans de la rentrée déferlaient dans la presse, ensevelissant tout le reste y compris ma pauvre femme qui, haro sur elle, n’était pas mon premier roman.
Mais sûrement le dernier. Très longtemps après, on me demande parfois si j’étais passée chez Pivot. Le seul indice qui prouve que tu as vraiment été un écrivain. La seule référence valable.
Oui, je suis passée chez Pivot. Comme un ange, sans faire de bruit.
L’année d’après, Pivot me remettra le prix de la Contribution à l’amélioration de la langue française pour ma campagne Omo en poldomoldave, un clin d’œil qui le rend sympathique lorsqu’il fait ses perruques. J’ai droit à la bise.
« De quoi tu te plains ? Une bise de Pivot ! Au moins, il n’est pas rancunier.
Je me demande si ma voix intérieure ne serait pas une gourdasse ! »

Texte © dominique cozette, extrait de mon livre La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés, 2020, édition Chum.

Le couteau

Le couteau est le premier livre de Salman Rushdie que je lis. Le sous-titre est à l’intérieur du livre : Réflexions suite à une tentative d’assassinat. C’est cela qui m’a tentée. Les réflexions. Le livre en est truffé, il se pose d’infinies questions, notre survivant mais pas forcément sur la religion. Il revient sur des épisodes passés, il nous présente sa nouvelle femme (j’ai regardé sur Google : une bombe ! Comme d’ailleurs la première) qu’il venait juste d’épouser. Il nous renseigne très vaguement sur l’assassin raté, un jeune type qui n’a lu que trois pages des Versets Sataniques, donc pas du tout au courant de la raison pour laquelle Rushdie avait cette fatwa sur la tête.
Et puis il nous décrit avec une précision chirurgicale, c’est le cas de le dire, les interventions, les souffrances, les tortures que son corps a subies, le travail des soignants, les ruses pour échapper ensuite aux paparazzi. Les énormes inconvénients d’être loin de chez lui, blessé, borgne surtout. L’histoire de sa main qui a bien morflé. Il n’oublie pas les morts pour la liberté d’expression dont les victimes de Charlie sur lesquelles il revient souvent.
Et puis il évoque aussi le vie insouciante qu’il avait fini par mener, pensant la menace éteinte, depuis tout ce temps. Comble de l’ironie : cette attaque s’est produite alors qu’il se trouvait dans un endroit extrêmement protégé, créé pour les artistes menacés justement. Comme quoi.
Tout le livre est assez palpitant même si l’on sait que Rushdie a échappé au pire. Le seul long passage assez ennuyeux : le chapitre où il imagine un dialogue entre lui et son agresseur emprisonné. Comme il ne veut pas le rencontrer en vrai et que d’ailleurs celui-ci ne parle pas, il créé cette rencontre qui manque énormément d’intérêt. Evidemment qu’il peut facilement lui claquer le beignet à ce pauvre mec, pas la peine d’en rajouter. Bon, je pense que ça lui a fait du bien de l’affronter, même pour de faux.
Le Couteau se lit comme une puissante réflexion porteuse d’espoir sur la vie, parfois intime, où il déroule une ode à l’amour, à la création artistique comme espace de liberté absolue.

Le couteau de Salman Rushdie, 2024 aux Editions Gallimard. Traduit par Gérard Meudal. 270 pages, 23 €.

Texte © dominique cozette

Allô Doudou bobo !

Petite référence à la Souche pour ce nouveau livre d’Edouard Louis que sa maman a peut-être surnommé Doudou dans l’enfance. En tout cas, elle l’appelle un soir au secours car elle n’en peut plus de l’homme avec qui elle habite. Le livre s’appelle Monique s’évade et c’est bien de cela qu’il va s’agir. L’écrivain est alors en résidence en Grèce quand survient ce coup de fil inquiétant, sa mère est en danger car le mec est violent quand il est bourré et il l’est tout le temps.
Pourtant, tout avait bien commencé. Monique, la mère d’Edouard Louis donc, avait viré son mari, le père d’icelui, assez brutalement puis était venue vivre à Paris, histoire racontée par le fils, tout allait bien, elle avait même rencontré Catherine Deneuve, elle qui sortait d’un trou à rat. Hélas, ce nouveau compagnon peu à peu devient un tel cauchemar et une telle menace qu’il faut agir vite. Alors le fils appelle ses amis à Paris et ce sont eux qui vont aider la dame, l’accueillir, l’installer dans l’appartement de son fils, lui acheter des provisions et lui prêter de l’argent. Puis Edouard Louis va téléguider, par téléphone, la suite des événements, c’est difficile et stressant. Il faut aussi qu’il demande de l’aide à sa sœur avec qui est fâché depuis dix ans, mais les choses se font…
Plein de petits détails sur la vie de la maman nous sont narrés, ses goûts, ses teintures, ses désirs. Et puis surtout, et ça n’est pas rien, il la décrit quand elle devient l’héroïne de sa propre histoire (celle où elle se métamorphose) sur une scène de théâtre et qu’elle monte sur scène où elle est acclamée. Quelle revanche !
L’histoire n’est pas banale, certes, l’écrivain se montre sous le jour du bon fils, revient sur toutes les critiques qu’il avait émises sur sa mère, sa violence notamment dans Eddie Bellegueule, explique pourquoi elle ne pouvait qu’être ainsi face à la violence du mari, de leur pauvreté et de leur croupissement dans leur trou du nord où aucun espoir d’amélioration ne pouvait s’envisager.
C’est un court récit un peu paresseux (je trouve), pas très creusé car apparemment l’écrivain était sur un autre projet (son frère) mais malgré tout suffisamment intéressant « sociologiquement » pour que les médias en parlent avec enthousiasme. Les problèmes de transfuges de classe, ils aiment bien, les médias actuellement. Mais c’est bien quand même, si, si…

Monique s’évade d’Edouard Louis. 2024 aux éditions du Seuil. 170 pages, 18 €

texte © dominique cozette

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Twitter